Bernhard A. Sabel

Allemagne

Plus d'informations:

savir-center.com

 

 

Samedi 30 octobre 2021

11:30 - 12:15

 

 

 

CONFÉRENCE

Comment le stress mental et la dérégulation vasculaire affecte la perte de la vision et le rétablissement : une perspective de la neuroscience holistique

 

La vision est le sens le plus important pour les humains. Après une atteinte à la rétine, au nerf optique ou au cerveau, la fonction visuelle se détériore, conduisant souvent à des conséquences graves dans la vie quotidienne telles que la mobilité réduite, les difficultés à reconnaître les objets ou les visages, ou encore la lecture. Étant donné que la basse vision est considérée comme irréversible et souvent progressive, les patients vivent un stress mental continu dû aux préoccupations, à l’anxiété, ou à la peur de perdre encore plus la vision et leur indépendance, avec un risque de dépression et d’isolation sociale.

La perte de vision due aux pathologies oculaires telles que le glaucome, la neuropathie optique, la dégénérescence maculaire ou la rétinopathie diabétique, est en règle générale considérée exclusivement comme une atteinte de la rétine et/ou du nerf optique. Mais le cerveau, à travers de multiples influences indirectes, a également un impact majeur sur les déficiences visuelles fonctionnelles. Ces influences indirectes incluent la pression intracérébrale, les mouvements des yeux, la modulation descendante (attention, cognition), et la libération hormonale déclenchée émotionnellement, affectant la régulation des vaisseaux sanguins. Par conséquent, la perte de vision devrait être considérée comme le résultat d’interactions multiples à l’intérieur d’une triade « cerveau-œil-vasculaire » et plusieurs pathologies « de l’œil » devraient également être envisagées comme des « pathologies cérébrales » déguisées. Bien que le cerveau fasse partie du problème, il fait aussi partie de la solution : nous offrons une approche holistique pour restaurer la basse vision en améliorant le champ visuel, en combinant aide psychologique, méditation, amélioration du flux sanguin, et neuromodulation du réseau de connectivité fonctionnelle du cerveau par stimulation électrique cérébrale non-invasive (voir www.savir-center.com). Notre recherche et nos résultats cliniques soutiennent l’idée que le stress joue un rôle causal dans différentes pathologies ophtalmologiques, et que, grâce à une approche thérapeutique holistique basée sur des preuves, nous sommes capables d’interrompre le cercle vicieux entre stress et perte de vision, et d’aider les patients à regagner de la vision.

 

 

Bernhard A. Sabel, PhD, Allemagne

 

Poste actuel : professeur titulaire de Psychologie médicale, Faculté de médecine, Université Otto-v.-Guericke de Magdeburg, Allemagne (depuis 1992)

Principaux domaines de recherche : plasticité cérébrale après des lésions œil et cerveau, avec focus sur les lésions du système visuel, restauration de la vision grâce à un entraînement comportemental et une stimulation électrique non-invasive, neuropsychologie et neurophysiologie de la lésion du système visuel, imagerie du système visuel fonctionnel ; recherche sur la qualité de vie en basse vision et modèles de prédiction de la restauration de la vision ; nanotechnologie pour imagerie neurologique et administration de médicaments.

 


 

 

BACK